3 erreurs alimentaires faciles à éviter

On peut compter 3 erreurs alimentaires fréquemment commises en nutrition sportive : abuser inutilement des vitamines, manger trop de viande en croyant ainsi gagner en force, ne pas boire à l'effort par crainte de gène.

Croire que l'abus de vitamines stimule les performances

FAUX

L'enrichissement en vitamines de régimes déjà équilibrés n'améliore pas l'aptitude au travail et à l'effort. Les vitamines améliorent seulement l'état d'un sujet carencé. Même en période d'activité intense, un apport de vitamines supplémentaires n'est pas souhaitable. Une alimentation abondamment variée (légumes de saison cultivés localement, produits laitiers de chèvre et de brebis et céréales complètes et bio) permettra, non seulement de couvrir les besoins indispensables de la journée, mais encore d'assurer les doses optimales journalières qui seront légèrement supérieures au minimum quotidien.

Augmenter la ration de viande pour accroître la force musculaire

FAUX

Un sportif qui s'entraîne de façon intensive en vue d'améliorer sa force musculaire ou son endurance nécessite en général moins de 2 grammes de protéines par kilo corporel et par jour.

Un excès de viande peut être néfaste pour la fonction rénale et la masse calcique osseuse.Un bon programme de mise en condition physique a comme objectif principal l'amélioration de la capacité aérobie et non l'accroissement de la force musculaire.Si l'on dépasse 15 à 20 % de protéines l'organisme qui ne peut les stocker, en détruit l'excédent.

L'excès de viande n'améliore en rien les capacités de rendement physique, mais en outre, l'excédent se transforme en graisse. En outre les protéines végétales sont préférables aux protéines animales car ces dernières sont très acidifiantes. Pour assurer l'apport équivalent complet en acides aminés en ne se nourrissant que de protéines végétales il faut simplement associer les céréales aux légumineuses dans la proportion de 2/3 de céréales pour 1/3 de légumineuses.

En cas de mal-nutrition ou afin de combler les besoins protidiques spécifiques dus à la préparation d'une compétition on pourra consommer de la spiruline. En effet la spiruline par son apport en fer, en bêta-carotène et en protéines est un complément alimentaire indispensable pour les sportifs exigeants et soucieux de leur bien être.

Éviter de boire à l'effort sous prétexte que cela coupe les jambes

FAUX

Il est essentiel de maintenir son capital hydrique (c'est à dire de la quantité d'eau dans le corps) dans la réalisation d'une performance. Une perte de 4 % du poids du corps, soit 2,8 kilos pour un sujet moyen de 70 kilos, provoque une diminution de 40 % de la capacité maximale de l'effort. Il faut donc boire juste avant de se dépenser sans retenue durant l' échauffement, par exemple, et pendant toute la durée de l'entraînement ou de la compétition, par petites quantités à intervalles réguliers.

Programme sportif Forme et Fitness

Toutes les idées reçues

Si vous souhaitez poser une question relative à cet article ou à votre entrainement vous pouvez contacter directement le webmestre à partir de l'adresse suivante

contact coaching sportif spécialisé